VAUBAN

Vauban, le meilleur ingénieur de son temps

Portrait de Vauban © reproduction Philippe Berthé CMN

    

Sébastien Le Prestre de Vauban

Né en 1633, issu d’une petite noblesse du Morvan, Sébastien Le Prestre, Sieur de Vauban, étudie le latin, les mathématiques et le dessin avant d’embrasser une carrière militaire.

Dans une France déchirée par la Fronde, le jeune Vauban sert le Prince de Condé comme cadet dans l’infanterie, puis dans la cavalerie. Capturé au cours d’une patrouille, il est fait prisonnier et amené à Mazarin qui le convainc de rallier la cause du roi. Il est très rapidement attaché à des travaux de sièges sous la protection du Chevalier de Clerville.

Il est, durant plus de cinquante ans, l’homme des sièges et de la fortification. Il participe à quarante-huit sièges  au cours desquels il est blessé huit fois.

De 1667 à 1707, Vauban entretient des relations directes et constantes avec Louis XIV et ses ministres. Sur leurs instructions, il parcourt sans relâche le royaume de France, conduit les attaques pendant les grands sièges.

Pour eux, il rédige lettres, rapports, mémoires, et fait dessiner, copier plans, coupes et élévations.

Son sujet, l’objet central de son travail est l’espace. L’espace attaqué, défendu, fortifié, aménagé, planté, bâti, habité.

L’œuvre de Vauban témoigne du refus de tout esprit de système pour privilégier le bon sens et l’expérience. Il préfère la pratique à la théorie, le concret à l’abstrait, le terrain au bureau.

Les voyages de Vauban

Vauban voyage tout au long de sa vie : l’ensemble de ses déplacements  est estimé à plus de 180 000 kilomètres. Lorsqu’il a la responsabilité des fortifications du royaume, en 1681, il parcourt environ 7 500 kilomètres soit 250 journées de route dans l’année.

Un homme de terrain

Sa vie est rythmée par ses voyages incessants à travers la France. Il rédige des mémoires accompagnant les projets de nouvelles places, des rapports d’inspection sur celles déjà existantes. 

La raison d’être de ces déplacements : l’observation. 

Vauban veut voir afin de coller à la réalité. Il se déplace pour se rendre compte de visu, pour étudier le site et la situation, quels en sont les reliefs, les cours d’eau, la qualité des bois, la nature des cultures. C’est aussi l’occasion de contrôler ouvriers et entrepreneurs dont il se méfie.

L'art de fortifier

Entre 1653 et 1703, alors que prend forme la physionomie politique du territoire européen, Vauban établit le premier système global et rationnel des frontières françaises, maritimes et terrestres. En cinquante années de travail au service du roi Louis XIV, l’ingénieur militaire a construit ou rénové plus de 160 places fortes.

MenuFermer le menu