Travaux aux étangs de Ville-d'Avray

Enjeux de sécurité publique et de préservation

Un diagnostic sans appel

En 2015 le Centre des monuments nationaux (CMN) est chargé de la gestion des étangs de Ville-d'Avray. Ces étangs font partie du bras sud du réseau hydraulique qui alimente les fontaines et jeux d'eau du domaine national de Saint-Cloud, déjà sous la responsabilité du CMN : la cohérence de la gestion de ces ensembles était ainsi assurée.

Alerté sur la fragilité d'un des barrages, le CMN a immédiatement demandé un diagnostic complet de leur état. Cette étude a révélé la dégradation dangereuse de ces deux ouvrages et a conclu à la nécessité de procéder à des travaux de consolidation d'urgence.

Un enjeu de sécurité publique

L'état des barrages présentait un risque avéré de rupture brutale, créant alors une vague haute de 1,80 mètre, au débit de 107 m3 par seconde et qui atteindrait la Seine...en à peine trente minutes. Cette vague menaçait ainsi 3000 à 30 000 personnes évoluant sur les communes de Ville-d'Avray, de Sèvres et sur une partie du domaine national de Saint-Cloud.

Face à l'urgence de la situation, la préfecture des Hauts-de-Seine a enjoint le CMN d'intervenir au plus vite. Ainsi, dès 2016, le niveau des eaux des deux étangs a été abaissé par mesure de sécurité, afin de réduire la pression sur les barrages dans l'attente de travaux de consolidation pérennes et cohérents.

En quoi consistent les travaux ?

Conduits par Artelia, bureau d'études agréé mandaté par le CMN, et sous la surveillance d'un écologue, les travaux prévoient différentes interventions, conçues de façon à limiter au maximum l'impact sur le paysage.

Vidange des étangs

Les étangs ont été vidés successivement de leur eau afin de procéder à la  consolidation des barrages et au curage. Au préalable, les poissons ont été déplacés d'un étang à l'autre dans le cadre d'une pêche de sauvegarde.

Consolidation des barrages

L'étanchéité des barrages est rétablie et des parois étanches sont créées afin de les consolider sans les reprendre en totalité, ce qui permet de conserver un maximum d'arbres. Les vannes, dont certaines étaient hors service, sont remplacées pour permettre la gestion des niveaux d'eau.

Curage

Le Vieil Etang a été débarrassé des sédiments et déchets accumulés en profondeur afin de prévenir un engorgement. Le curage initialement envisagé sur l'
Etang neuf s'est révélé inutile, des études complémentaires ayant démontré que le Vieil Etang avait accumulé l'ensemble des sédiments en amont. Procéder au curage du deuxième étang aurait au contraire été dangereux car altérant l'étanchéité du fond de l'étang.

Reprise partielle des berges

Après stabilisation de leur base, les berges sont renforcées par des plantations d'espèces permettant de retenir la terre (grâce au développement de leurs racines), dans la continuité des aménagements réalisés par l'association Espaces.

Création de deux déversoirs de sécurité

Il est prévu d'intégrer à chaque barrage un dispositif dont le but est d'évacuer le surplus d'eau, que les vannes ne peuvent pas gérer quand le débit devient trop fort en cas d'intempéries exceptionnelles. L'eau franchira ainsi les barrages sans risquer de les endommager. La taille des déversoirs répond aux textes de référence en matière de dimensionnement des ouvrages hydrauliques et est calculée par rapport au débit de la crue exceptionnelle qu'ils doivent laisser passer sans mettre l'ouvrage en danger. Leur implantation est dictée par les ouvrages en place, la stabilité du barrage et l'objectif de maintenir la majorité des arbres.

Un chantier attentif à l'écosystème des étangs

 Le CMN a fait appel à un écologue pour veiller au respect des mesures environnementales et de la biodiversité du site durant les travaux. Après les travaux, il assurera un suivi écologique comprenant un inventaire sur 5 ans de la faune et de la flore pour contrôler la recolonisation naturelle des étangs. 

Dans le cadre d'une convention avec la Ligue pour la protection des oiseaux, le domaine des étangs est inscrit dans une démarche d'inventaire et de valorisation de son patrimoine naturel.

MenuFermer le menu