Fermeture de l'alerte

Le trésor de la cathédrale d’Angers

Le trésor de tapisseries de la cathédrale d’Angers est un des plus importants d’Europe. Il est composé d’une centaine d’œuvres du XVe au XVIIIe siècle

La collection originelle est largement dépecée à partir des années 1770, puis sous la Révolution. Il n’en subsiste que la tapisserie de l’Apocalypse et une pièce de la Vie de saint Maurille, commandée en 1469. Au XIXe siècle, la redécouverte de l’Apocalypse et la restauration entreprise par le chanoine Joubert lance une dynamique de reconstitution du trésor de tapisseries disparu via une politique de récupération ou d’acquisition. Ces tapisseries, pour certaines de très grande qualité, proviennent d’établissements religieux ou de propriétés privées des alentours d’Angers.
Parmi les plus belles et les plus connues, on peut citer la tenture de La Passion (fin XVe siècle), celle des Anges porteurs des Instruments de la Passion (1512-13) ou La Dame à l’orgue datant du début du XVIe siècle. 

Outre les tapisseries dont les cartons sont attribués à Gauthier de Campes (Vie des saints Florent et Florian et Vie de saint Jean-Baptiste), le trésor de la cathédrale d’Angers comporte la tenture de la Vie de saint Saturnin, présentée dans cette exposition. Elle est évoquée dans la partie « Les tentures de chœur, témoins de leur temps » de cette web expo.

La Vie des saints Florent et Florian

Achevée en 1524, la tenture a été commandée par Jacques Leroy de Chavigny, abbé de Saint-Florent-lès-Saumur. Elle comprenait initialement 9 pièces totalisant 27 scènes. Plusieurs scènes ont disparu, mais sont toutefois connues par des gravures. Tous les éléments subsistants sont désormais conservés à Saumur, incluant deux tapisseries du musée des Beaux-Arts d’Angers et une autre appartenant au trésor de la cathédrale d’Angers.

Selon la légende, Florent et son frère Florian, soldats de l’Empire romain au IIIe siècle, reçoivent l’ordre de persécuter les chrétiens, ce qu’ils refusent. Ils subissent alors eux-mêmes le martyre. Florian est noyé alors qu’un ange sauve Florent. Ce dernier est ordonné prêtre par saint Martin et débarrasse le Mont Glonne (Saint-Florent-le-Vieil) d’un dragon.
La légende dit qu’il meurt à 123 ans et est enterré à Saint-Hilaire-Saint-Florent (Saumur).

S’il est très vraisemblable que des cartons dessinés par Gauthier de Campes ont été utilisés pour cette tapisserie, il semble que plusieurs liciers y ont travaillé comme en témoignent les variations des techniques tout du long de la tenture et les différences de représentation de saint Florent, parfois difficile à reconnaître d’une pièce à l’autre.

 

© Bruno Rousseau / Conservation départementale du patrimoine de Maine-et-Loire.

Les saints sont emprisonnés et battus, seconde pièce de la tenture de la Vie de saint Florent et de saint Florian, 1524, inv. 95, provenant du trésor de la cathédrale d’Angers en dépôt à Saumur, propriété de l’État, présentée dans l’exposition.

 

La Vie de saint Jean-Baptiste 

Cette tenture a été commandée au maître lissier Guillaume de Rasse en 1516 pour Jean Hector, recteur de l’église Saint-Jean-Baptiste d’Angers. Les cartons en sont attribués à Gauthier de Campes.
Elle devait comporter à l’origine 7 tapisseries mais seules 4 sont actuellement connues. Outre celles du trésor de la cathédrale d’Angers présentées dans l’exposition, la Burrell collection de Glasgow conserve Saint Jean-Baptiste s’adressant à la foule, aux publicains et aux soldats ; Saint Jean-Baptiste devant Hérode n’est pas localisée.
Toutes de même hauteur, elles comportent des motifs proches : visage, coiffure, vêtements de Jean-Baptiste, légendes en partie basse et surtout un élément original : le trait fin qui relie le personnage à ses paroles.
L’Annonce à Zacharie et La Visitation est probablement la seule pièce complète. Deux épisodes y sont juxtaposés, séparés par des pilastres ornés de très beaux motifs de grotesques.
Saint Jean-Baptiste devant les prêtres et les Lévites a été achetée par l’État en 2015 pour venir rejoindre le trésor de la cathédrale d’Angers.

 

© Isabelle Guégan / DRAC Pays-de-la-Loire.

L’annonce à Zacharie dans le Temple ; La Visitation, tenture de La vie de saint Jean-Baptiste, 1516, inv. 83, trésor de la cathédrale d’Angers.

 

© Bruno Rousseau / Conservation départementale du patrimoine de Maine-et-Loire.

Saint Jean-Baptiste devant les prêtres et les Lévites, un fragment d’une des pièces de la tenture de la vie de saint Jean-Baptiste, 1516, inv. 83 bis, conservée au château d’Angers

 

<Le trésor de la cathédrale du Mans<

>Les tentures de chœur, témoins de leur temps>

<Sommaire de l'exposition>

MenuFermer le menu